Shovel Knight, ou le jeu de plateforme de qualité

Entre deux parties de Rocket League et de H1Z1 King of the Kill (dont je reparlerai plus tard) pendant mes vacances, il m’est arrivé de jouer de temps en temps à ma PS4. Pour faire un jeu que je désirais faire : Shovel Knight. Profitant de la sortie PS4, je me suis mis en quête de finir ce jeu. Et quelle aventure !

Shovel Knight, c’est quoi ? 

C’est un petit jeu fait par Yacht Club Games ou l’on incarne le Shovel Knight (le chevalier à l’épelle) qui après la perte de son amour, Shield Knight, doit se battre contre l’Enchanteresse et l’Ordre des sans quartiers (anciens camarades chevaliers de notre héros) afin de sauver le royaume.

Shovel Knight, c’est beau?

Si tu es fan de graphismes trop réalistes wesh over the photo realisme (genre tu mets 2000 euros dans une carte graphique), non tu ne trouveras pas le jeu beau. Pourquoi? Tout simplement parce que si tu regardes les screens, tu vois bien que le jeu arbore une esthétique 8 bits. Et franchement, pour un jeu qui joue sur ça, bah la technique (même si de nos jours c’est beaucoup moins dur) est irréprochable, pas de ralentissements ou autres, en sachant que les niveaux sont variés et que du coup il n’y a pas vraiment de gros gros recyclages. La musique également est aux sonorités 8 bits et les morceaux sont de très très bonne facture, rappelant aux joueurs  Rien à reprocher de ce parti pris rétro !

Shovel Knight c’est maniable?

Oui, avec sa maniabilité 8 Bits, le jeu est extrêmement maniable. Le jeu propose un bon challenge lors des phases de plateforme, qui demander de plus? Notre chevalier possède de base deux attaques, le coup d’épelle standard, ainsi que l’attaque vers le bas qui ressemble au saut sur la canne (en gros ceci) :

Vous récupérerez plus tard au cours de l’aventure des capacités comme être invincible pendant un certain temps, ou encore de donner des coups de poing dans des blocs de sable pour ainsi virtuellement voler sur de longs précipices. Tous les niveaux consistent en de la plateforme jusqu’à la confrontation à l’un des chevaliers en guise de boss et un passage à un feu de camp pour le repos mérité de notre héros. Vous pourrez aussi passer dans deux villages qui vous proposeront d’augmenter votre vie et magie mais aussi améliorer votre épelle, tout en croisant un barde, qui en lui ramenant des partitions, vous donnera de l’or et la possibilité de réécouter la musique dans le village. Or, qui finance évidemment vos améliorations, que vous pouvez aussi avoir en trouvant des trésors et en éliminant des ennemis !

D’ailleurs petite référence à Dark Souls, car lorsque vous mourrez, vous revenez en arrière mais allégé d’une certaine somme. Somme que vous pouvez récupérer en attrapant les sacs d’or. Sauf que si vous perdez de nouveau entre temps. Et bien vous pouvez oublier les sacs perdus lors de votre première mort, car ils ont disparu !

Tout ceci fait du gameplay de Shovel Knight, un gameplay extrêmement de qualité qui plaira à tous les joueurs, que ce soit les casuals gamer mais aussi ceux cherchant du challenge.

Shovel Knight c’est long?

Et bien non, le fait d’avoir un jeu avec une esthétique 8 bits et qui ressemble aux jeux 8 bits fait que le jeu souffre de ce problème de longueur. Avec une dizaine de zones, le jeu se finit entre 5-6 heures pour la première partie. Cela reste quand même correct, puisque l’on peut faire le jeu en coop mais il n’y a pas assez de rejouabilité, une fois le jeu fini, si ce n’est le New Game + et la chasse aux trophées, il n’y a plus rien à faire.

Au final, Shovel Knight c’est bien?

OUI OUI ET RE OUI ! Avec une difficulté grandissante à la Mega Man, un gameplay bien ficelé avec la mention spéciale nostalgie décernée à l’attaque vers le bas piquée à l’Oncle Picsou dans DuckTales. Mais également une aventure variée, quoi qu’un peu courte, Shovel Knight est vraiment un jeu à faire que je vous conseille vraiment. Amusez vous bien et ne ragez pas trop !

Pour conclure le test, il faut noter qu’il y a deux DLC (gratuits sur le CD) mais je n’ai pas fait ces deux extensions gratuites, pour deux raisons :

-La première, c’est que dans celle du Plague Knight on refait les mêmes niveaux avec un autre personnage, quelques modifications légères de gameplay (comme les villages, mais rien de transcendant)

-Et par conséquent, bah ça ne me donnait pas envie de refaire les mêmes niveaux avec Specter Knight. Donc jeu rangé ! Mais quelle aventure du chevalier à l’épelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*